loader image

Lors de nos rencontres avec un certain nombre de nos investisseurs institutionnels, nous sommes frappés par le degré de « répression financière » qu’ils subissent. La « répression financière » mise en place par les gouvernements vise à instaurer des mesures pour continuer à pouvoir financer la dette publique tout en repoussant les ajustements nécessaires. Ces méthodes forcent, par exemple, certaines institutions financières (banques, assurances, caisses de retraite) à détenir un montant minimum de dette souveraine au bilan. Le premier effet de cette contrainte est de redistribuer la richesse de certains acteurs privés (créditeurs) vers les gouvernements (débiteurs). Ils sont en effet investis de force en obligations.

fr_FRFrançais
en_USEnglish fr_FRFrançais

Pin It on Pinterest

Share This